Popcorn Melody, Emilie de Turckheim

popcornPopcorn Melody, Emilie de Turckheim chez Héloïse d’Ormesson, le 20 Août 2015, 204 pages.

En plein désert du Midwest, le jeune Tom Elliott fait tourner une petite supérette qu’il a amoureusement dénommée « Le Bonheur » et qui, à défaut de contenir une panoplie de produits extraordinaires, est censée suffire au bien-être de tout un chacun en apportant de quoi manger, se laver et tuer les mouches.
Dans ce bled végétatif où la poussière fait loi, où tous les gamins, ou peu s’en faut, finissent par pointer à l’usine de popcorn, Tom est satisfait de son statut. Il sympathise avec les clients, chaque arrivée lui inspire un haïku.
Ses parents se sont sacrifiés pour qu’il fasse des études à l’université (son père de bon cœur, sa mère un peu moins).Pourtant, lorsqu’un somptueux supermarché moderne et très concurrentiel ouvre ses portes à deux pas de son commerce, il se retrouve démuni.

Mon avis :

Emilie de Turckeim nous entraîne dans ce petit bout du monde avec sa population hors norme. Son univers déjanté, ses dialogues aux expressions colorées et sa peinture de ce microcosme sont d’un réalisme savoureux. Le petit commerce grignoté par un supermarché, cela ne vous rappelle rien ? Zola et son roman Au bonheur des dames en parlait déjà en 1883. Bref, on s’y croirait !
Son imagination est insatiable, sa poésie très présente et l’on ne peut que suivre les folles mésaventures de Tom et toute sa clique avec un vrai plaisir de lecteur.
Allez-y, c’est jubilatoire !

Savourons cet extrait :

« Les frères de Matt étaient tous les trois d’anciens ouvriers de l’usine de pop-corn de Cornado. Ils étaient célibataires et se partageaient une maison difforme, faite de greffes successives. Autour du bungalow acheté à crédit, ils avaient construit un garage, un étage, et une véranda dont les vitres étaient tellement encrassées qu’on ne voyait plus la cour caillouteuse plantée d’un sèche-linge en forme de manège. Inondée toute l’année, la cave se remplissait pendant les violents orages de l’été, puis se vidait doucement au fil des saisons, dans un parfum de moisissure que les trois frères ne remarquaient plus. A l’automne, ils descendaient à la cave en maillot de bain et se baignaient un long moment dans l’obscurité, faisant des dizaines de tours en crawl, avant d’aller s’asseoir, chacun à sa place, autour de la table du petit déjeuner – Jacob près de la fenêtre pour garder un oeil sur la maison de l’autre côté de la rue, Lewis en face de lui, ses longs cheveux dansant dans le courant d’air du ventilateur, et l’énorme Joe entre ses frères, au seul endroit où il était possible de se resservir de bacon dans la poêle sans avoir à se lever. Des rubans adhésifs couverts de mouches tombaient en spirales du plafond. Quelques-unes gigotaient encore les ailes et les pattes, émettant par moments un vrombissement sinistre. »

Acheter ce livre

fnac livraison gratuite
Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour acheter ce livre : Acheter Popcorn Melody, Emilie de Turckheim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge