Re-vive l’Empereur, Romain Puertolas

test

re vive l'empereurRe-vive l’Empereur, Romain Puertolas chez Le Dilettante le 30 Septembre 2015, 351 pages.

Après l’Extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea (mon article) puis La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel, Romain Puertolas revient en force avec son troisième roman au titre raccourci !

Le sujet :

Au large de l’Islande, un chalutier a ferré dans ses filets un sacré poisson. En guise de poisson, il s’agit plutôt d’un homme et de son cheval. Mais pas n’importe lesquels… Napoléon en personne et sa monture Le Vizir. On croyait les cendres de Bonaparte aux Invalides mais il y a eu un léger transfert.
Napoléon is back ! Aussi déterminé et flamboyant qu’à la grande époque. Ou presque… Il a été amputé de son (tout petit) pénis qu’un collectionneur américain conserve jalousement. En deux siècles, le monde a subi de profondes mutations qui ne cessent d’étonner notre sacré empereur. Mais celui-ci est d’une intelligence reconnue et il s’adapte plutôt bien. Et étonnamment vite d’ailleurs. Il a gardé intacte sa stratégie. Et son envie de protéger cette patrie chère à son cœur se fait sentir lorsqu’il a connaissance des terribles attentats qui menacent les droits des hommes, la liberté de la presse et la grandeur de la France. « Impossible n’est pas français » répète-t-il à l’envi. Il lui suffit d’une armée pour entrer en guerre contre ces extrémistes. Il lui est certes compliqué de crier sur tous les toits qu’il est Napoléon (sous peine de quelques déconvenues comme il va le découvrir) mais il a plus d’un tour dans son sac… ou plutôt son bicorne. Alors ni une ni deux, il enfourche Le Vizir pour de nouvelles aventures.

Un rapide décryptage :

Dire que Romain Puertolas ne manque pas d’imagination est un euphémisme ! Son dernier roman plus inventif, décalé et loufoque que jamais s’inscrit clairement dans l’air du temps. Les attentats du 7 Janvier sont au cœur du livre. A sa manière, à la fois discrète et pugnace, Puertolas signe un roman engagé, ancré dans l’actualité. Napoléon et son folklore permettent d’égayer le tout avec une haute dose d’improbable, difficile à égaler. Malgré quelques extraits désopilants (comique d’exagération, situations drôlatiques, mélange de références, trouvailles linguistiques), je n’ai malgré tout, pour ma part, pas retrouvé la drôlerie du premier ou l’émotion prégnante du second. Bon, ce n’est pas mon préféré. L’aspect moralisateur des dialogues (avec néanmoins des arguments intéressants pour chaque camp) m’a légèrement agacée de même qu’une dose un peu trop forte de bons sentiments qui parfois tombent à plat. Je ne voudrais toutefois pas vous décourager car certains passages valent à eux seuls le détour. Et puis, reconnaissons-le, Puertolas maîtrise son sujet et cela transparaît à travers ses lignes même s’il se défie de tout réalisme (y compris dans le langage de Napoléon). Qui plus est, il fallait oser cette combinaison : Napoléon en croisade contre les terroristes !

Dégustez cet extrait frappé !

« – Comment appelez-vous cela? demanda-t-il en désignant la chemise sans col et sans manches que presque tout le monde portait dans cet aéroport.
– Mon tee-shirt ?
– Un
ticheurte ? Quel drôle de nom ! Pourquoi cela s’appelle-t-il ainsi ?
L’homme haussa les épaules.
– Je ne sais pas. Peut-être à cause de sa forme en T. T-shirt. Vous savez, c’est de l’anglais…
– Encore cette maudite langue ! pesta Napoléon entre ses dents.C’est une véritable plaie.
Se pourrait-il que la France fût devenue une annexe de l’Angleterre ? Car si celle-ci était peut-être restée cette petite île isolée du Nord, elle semblait avoir soumis le continent à son langage, et donc à sa manière de voir les choses. Elle avait réussi là où lui avait échoué. Même s’il ne s’agissait que d’une domination linguistique. Ainsi, les Anglais, n’ayant plus en face d’eux d’adversaire à leur taille, avaient mis à profit ses années d’absence pour accomplir leur obscur dessein. Dominer la France, pour ainsi dominer le monde.
– C’est une victime de l’attentat ?
L’Empereur désignait le visage féminin qui apparaissait en gros plan sur le tee-shirt de l’homme.
– L’attentat de
L’Hebdo des Charlots ? demanda le touriste.
– Oui.
– Vous rigolez ?
– Je ne rigole jamais avec le attentats.
– C’est Shakira ! dit l’homme en tirant sur son tee-shirt.
– Quel chat ?
– Shakira.
– Le
chat-qui-rat ?
– Vous ne connaissez pas Shakira ?
– Je n’ai pas ce plaisir.
– Oh, je suis sûr que vous avez déjà entendu un de ses tubes. Illustrant ses propos, l’homme commença à fredonner
Waka Waka, this time for Africa.
– Vous savez, la coupe de monde du foot.
– Connais point.
– Ah Ah Ah ! Vous êtes marrant. Bref, je l’ai acheté durant un de ses concerts à Paris. J’adore. En tout cas, on en a bien besoin en cette triste période.
– Vous êtes Charlot, vous aussi ?
– Et comment que je suis Charlot ! répondit l’homme comme un cri de guerre. »

Acheter ce livre

fnac livraison gratuite
Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour acheter ce livre : Acheter Romain Puertolas Re-Vive l’Empereur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge