Scène de crime virtuelle, Peter May

 Scène de crime virtuelle, Peter May, Rouergue, 4 Septembre Scène de crime virtuelle, Peter May 2013, 332 pages

Résumé :

Le personnage principal, Michael Kapinsky est dévasté par la mort de son épouse, Mora. Criblé de dettes, il cherche à vendre sa grandiose demeure. Afin de résoudre ses problèmes financiers, il se voit reprendre son poste d’enquêteur criminel. Sa psy le convainc de s’inscrire sur le site de « Second Life » un jeu virtuel qui ressemble fort au monde réel à quelques différences près. Il y découvre une vraie communauté et y retrouve sa coéquipière de police qui est aussi une amie. Beaucoup fuient leur solitude en s’inventant une vie, un personnage, une apparence, un métier. Les échanges se font sur la toile. C’est à qui sera le plus créatif, le plus riche… Tout se complique quand Michael voit apparaître trois millions de dollars sur son compte. La frontière entre réel et virtuel devient de plus en plus incertaine. L’occasion est si tentante : ne serait-ce pas là le moyen rêvé d’effacer ses dettes d’un seul tenant ?
L’histoire se corse encore quand il comprend que la mafia se cache derrière ces millions…
Peu à peu, ce qui était a priori impossible se réalise dans le jeu, des avatars meurent… et leurs propriétaires de l’autre côté de l’écran subissent le même sort funeste.
Michael n’a que peu de temps dans la vie réelle et virtuelle (même si celle-ci se déroule à un rythme tout autre) pour enquêter et faire tomber les masques. Le compte à rebours est lancé.

Critique :

Un roman noir original sur le thème des jeux virtuels et de leur côté addictif autant que nocif. Peter May décrit avec brio ce monde à l’intérieur du monde qui dicte ses propres lois ; où il est souvent question de violence, de sexe, de double jeu et de pouvoir… Un peu comme dans la vraie vie mais en plus exacerbé et sans les tabous de la bienséance. L’auteur sème le doute chez son lecteur sur l’identité du/des coupable(s) dans le jeu autant que dans la vraie vie et la tension devient de plus en plus palpable jusqu’au dénouement final en forme de révélation.
En bref, un roman aussi accrocheur qu’un jeu internet ! Sans les conséquences néfastes…

Un extrait :

« C’était son autre moment favori de la journée. Lorsque Mora et lui étaient installés sous le treillis de la terrasse et qu’ils jouaient aux échecs, la bouche encore parfumée par le goût du café. La lumière pure, éclatante, traversait en biais l’île en contrebas et y dessinait des ombres nettes parmi les palmiers. Il était assis au même endroit et contemplait les pièces dispersées sur l’échiquier, réfléchissant à son prochain coup.
Bizarrement, aujourd’hui, il n’arrivait pas à se concentrer. La veille, après être rentré, somnolent et mélancolique à cause de l’abus de bière et du manque de sommeil, il était resté une heure à regarder les photographies que Janey lui avait gravées sur un CD. Progressivement, son intérêt était passé de Mora à lui-même. Il ne s’était écoulé que trois ans depuis ces clichés, et pourtant, il avait l’air tellement plus jeune. Peut-être avait-il plus vieilli pendant ces six derniers mois depuis la mort de Mora qu’en trente ans. Cela lui fit prendre conscience, avec une clarté soudaine, que sa vie lui échappait. Encore plus rapidement depuis qu’il s’était accroché à ce moment de son passé qu’il ne retrouverait jamais. Il savait qu’il devait lever l’ancre et avancer, reprendre le contrôle de sa vie avant de complètement lâcher prise.
Assis à fixer l’échiquier, il comprit pour la première fois depuis qu’elle était partie à quel point rester là à prétendre qu’elle n’avait pas disparu était futile. S’imaginer qu’ils jouaient encore. Les mots d’Angela lui revinrent à l’esprit. « C’est absolument contre-productif, Michael. Il faut que vous mettiez fin à ce jeu. Vous ne tournerez jamais la page si vous persistez à donner ainsi vie et forme à son fantôme. » Ses yeux se gonflèrent de larmes et soudain, dans un geste de défi et de frustration, il balaya l’échiquier du bras. Les pièces volèrent et retombèrent sur la terrasse. Cela n’allait pas. Il ne pouvait pas continuer ainsi. »

Acheter ce livre

Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour acheter ce livre : Acheter Scène de crime virtuelle, Peter May

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge