L’art de ne pas rompre, Daniel Glattauer

art de ne pas rompreL’art de ne pas rompre, Daniel Glattauer paru chez Grasset  le 6 Mai 2015, traduit de l’allemand par Anne-Sophie Anglaret.

Daniel Glattauer est un auteur allemand qui a écrit un diptyque épistolaire de toute beauté : Quand souffle le vent du nord suivi de La septième vague.

La pièce :

C’est une pièce de théâtre en un acte avec une pause dans la seconde moitié. Il n’y a que trois personnages pratiquement toujours présents sur scène.
Il s’agit d’un couple qui traverse une grave crise et décide d’entamer une thérapie conjugale. C’est leur première séance chez le  conseiller. Alors que mari et femme ne semblent pouvoir communiquer qu’au travers de remarques assassines, le thérapeute tente de leur faire pratiquer quelques exercices qui iraient vers une réconciliation et un sentiment de paix perdue depuis bien longtemps.
Le couple se prête aux différents exercices avec un résultat plutôt déplorable jusqu’à ce que le conseiller s’absente et revienne complètement abattu.
Ce brusque revirement d’attitude aura des répercussions plutôt inattendues pour la poursuite de la séance.

Mon avis :

Cette pièce contemporaine de Daniel Glattauer pointe le doigt sur l’un des grands maux de notre société : la difficulté qu’ont beaucoup de couples à traverser sereinement des années emplies de quotidien avec la charge du travail et des enfants qui vont de pair avec fatigue et moult disputes. Le ton est cinglant, quelques réparties sont particulièrement bien trouvées. On a envie tour à tour de les raisonner ou les étriper. Le conseiller d’un calme olympien, d’un professionnalisme à toute épreuve, en retrait jusqu’au moment où il s’absente et revient sur le devant de la scène, transfiguré, souffle un vent de fraîcheur sur une scène un peu trop figée et statique.
Le retournement de situation, intéressant, est un brin attendu mais l’auteur parvient à s’en sortir honorablement avec une dernière pirouette.

Place à l’extrait :

« LE CONSEILLER : Très bien. Merci ! Madame Dorek maintenant, même question : quels sont les points forts de votre mari ? Qu’estimez-vous particulièrement chez lui ?

VALENTIN : Il ne va pas y avoir grand-chose.

JOANA : C’est un réaliste. C’est un trait que j’estime chez lui. Un réaliste et un minimaliste. Je lui envie ces qualités. Il parvient à simplifier les choses les plus complexes. C’est tout un art.

LE CONSEILLER : Que fait-il dans la vie ?

JOANA : Des sous-ensembles.

LE CONSEILLER : Pardon ?

JOANA : Des modules. des éléments d’avions. Il travaille dans l’industrie aéronautique. Dans une grosse entreprise. Il est cadre… cadre… tu es quoi exactement ?

VALENTIN : Directeur technique.

JOANA : Directeur technique. Il dirige une équipe, anime des projets de recherche, ce genre de choses.

LE CONSEILLER : Ce doit être un poste à haute responsabilité.

JOANA : Oui, à haute responsabilité _ au bureau. Il a tellement de responsabilités au travail, qu’il n’est plus capable d’en endosser une seule à la maison.

VALENTIN : Tu es obligée de tout associer à un reproche ?

JOANA : Non, pas tout, juste l’essentiel ! Tu ne vas quand même pas prétendre que tu…

LE CONSEILLER (l’interrompant avec énergie) : Pardon, nous en étions aux points forts de votre mari. Vous voyez autre chose, madame Dorek ?

JOANA (elle soupire) : Mmh, vous auriez dû me poser la question il y a dix-sept ans. »

 

Acheter ce livre

fnac livraison gratuite
Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour acheter ce livre : Acheter L’art de ne pas rompre, Daniel Glattauer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge