Tartes aux pommes et fin du monde, Guillaume Siaudeau

Tartes aux pommes et fin du monde, Guillaume SiaudeauTartes aux pommes et fin du monde, Guillaume Siaudeau, Alma, 21 Août 2013, 140 pages

Résumé :

Tout commence dans un supermarché où une caissière, qui n’a sans doute pas l’habitude de manger des boîtes de maquereaux, ne parvient pas à trouver le code-barres et ne s’aperçoit pas que deux de ses clients se font de l’oeil. C’est avant tout l’histoire d’un jeune homme prompt à déceler la magie dans le quotidien qui l’entoure mais qui, malheureusement connait de nombreux déboires.
Tout d’abord une enfance aux côtés d’un père alcoolique dont les mains semblent, malgré lui, le démanger, une mère peu présente, un chien qui, malgré les ailes en carton bricolées par sa soeur et lui, ne pourra jamais voler…
De petits boulots en petits boulots, il aura la joie de quelques belles rencontres aussi intenses que volatiles. Lorsque le paysage ne donne plus place à la rêverie, voilà notre héros essayant un jeu des plus dangereux : s’acheter un revolver et l’emporter partout avec lui.
C’est l’histoire d’un homme gagné par la dépression qui s’échine à déceler la beauté dans ce qui l’entoure pour ne pas fermer la porte à l’espoir et au renouveau.

Critique :

Un très joli court premier roman, poignant et poétique. L’histoire oscille entre le tragique et le burlesque et le narrateur enchante son quotidien grâce à un émerveillement somme toute assez naïf. Siaudeau, par son sens incomparable de la formule, les mots qu’il choisit avec soin et emperle magnifiquement, parvient à créer un univers singulier dans lequel le lecteur se sent à son aise.
L’histoire, au lieu d’être triste et chagrine, s’envole avec légèreté vers les sommets de la beauté.

Et pour finir, quelques citations à méditer !

« Le genre de filles qui vous accueille cheveux ouverts et dont les rétines font deux petits parterres de terreau fertile où planter vos yeux. »

« C’était un amour amical, sans la langue ni le sexe. Un amour des regards et des idées. C’était comme quand on entrait dans une boutique et que maman nous disait « on touche avec les yeux ». »

« Dans ce coin plus que partout ailleurs les nuits semblaient être des modèles réduits de fin du monde. »

Acheter ce livre

Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour acheter ce livre : Acheter Tartes aux pommes et fin du monde, Guillaume Siaudeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge