Le sixième sommeil, Bernard Werber

le-sixieme-sommeil-bernard-werber_5456342-LLe sixième sommeil, Bernard Werber paru aux éditions Albin Michel le 30 Septembre 2015, 399 pages.

On ne présente plus Bernard Werber qui s’est fait connaître avec sa série Les fourmis avant de conquérir un lectorat de plus en plus large aussi bien parmi les adeptes de littérature que ceux habitués à la Science Fiction.
Le sixième sommeil est un « one shot », il n’y aura donc a priori pas de suite.

Mon résumé du Sixième Sommeil :

Jacques Klein a été élevé par une mère neurophysiologiste et un père navigateur qui a malheureusement trouvé la mort dans l’exercice de sa passion.
La mère de Jacques, Caroline, scientifique reconnue, s’intéresse de très près au pouvoir bénéfique du sommeil qu’elle applique pour elle-même et à son propre enfant. Ce dernier a d’ailleurs pu résoudre bien des difficultés avec les méthodes de sa mère. Mieux dormir lui a permis de développer son imagination, d’être en meilleure forme et d’accroître ses compétences à l’école en obtenant de bien meilleures notes. Jacques est devenu un jeune homme, sa mère poursuit ses recherches avec un projet d’envergure qu’elle garde secret et qu’elle pense être révolutionnaire.
Bientôt de drôles d’événements ont lieu. Caroline disparaît tandis qu’une nuit, Jacques se voit en rêve, vingt ans plus âgé et son aîné, son double qui le visite, lui explique qu’il est l’inventeur d’une machine à voyager dans le temps par le biais des rêves.
Alors que Jacques se lance dans une quête, pour retrouver sa mère, qui le mènera en Malaisie, sera-t-il capable d’atteindre ce fameux sixième sommeil ?

Mon avis :

Entre conte, récit de voyage, roman onirique avec un fond scientifique et encore une veine développement personnel, Le Sixième Sommeil, facile d’accès et captivant, propose une lecture foisonnante sur un thème aussi riche que bien traité.
Le monde de la nuit et son cortège de rêves à la réalité trouble serait-il un des derniers mystères sacrés de l’humanité ? Bernard Werber s’empare du sujet grand public (qui peut dire qu’il n’est pas concerné en effet ?) pour en faire un roman exaltant aux rebondissements multiples aussi fantaisiste que documenté. On sent l’œil aiguisé de l’ancien journaliste scientifique.
On passe environ un tiers de notre vie à dormir et un douzième à rêver pour les plus chanceux. Alors n’hésitez plus, plongez dans Le sixième sommeil et revisitez vos rêves.
Bonne nuit cher lecteur…

Un petit aperçu de ce que pourrait être ce Sixième Sommeil :

« – Ce sixième stade, je pense pourtant savoir comment il opère. Avec un battement cardiaque encore plus lent, le corps serait encore plus détendu et le cerveau serait encore plus actif. L’électroencéphalogramme pourrait aller au-delà de 45 hertz. Il y aurait émission d’un nouveau type d’ondes. On pourrait appeler cela l’onde epsilon. Ce serait un stade où la perception du temps serait différente. A l’époque de Christophe Colomb, sur les cartes, on nommait terra incognita les zones vierges et inexplorées. Aussi, en m’inspirant de ce terme, j’ai baptisé ce stade Somnus incognitus, littéralement « sommeil inconnu ».
Caroline Klein inspira, prit un air mystérieux et lâcha :
– Si je dois lever le voile sur ce projet, tu mérites d’en avoir la primeur. Allez suis-moi. Je pense que la découverte du
Somnus incognitus pourrait ouvrir des voies bien au-delà du simple monde du sommeil : la philosophie et la physique quantique, la neurologie et la spiritualité. »

Acheter ce livre

Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour acheter ce livre : Acheter Werber Le sixième sommeil


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge