L’aviatrice, Paula McLain

CVT_Laviatrice_6798L’aviatrice, Paula McLain paru le 1/10/2015 chez Presses de la Cité, traduit de l ‘anglais par Isabelle Chapman, 452 pages.

Paula McLain est l’auteure de Madame Hemingway. Comme ici avec L’aviatrice, elle s’est emparée d’un personnage réel pour écrire son roman.

Mon résumé de L’aviatrice :

Le roman raconte la vie intense et hors norme de Beryl Markham, élevée au Kenya par son père après l’abandon de sa mère. La petite Beryl grandit, éprise de liberté et amoureuse de cette terre sauvage, ce qui va guider sa vie entière.
Elle partage la même passion que son père : les chevaux. Ce dernier est éleveur. Beryl, femme rebelle, indépendante, le deviendra aussi et parviendra à se faire un nom dans ce milieu résolument masculin.
Ses échecs amoureux ont en partie comme origine une forte attirance pour Denys, un homme aussi indomptable qu’elle, qui est l’amant de la romancière Karen Blixen.

Mon avis :

Paula McLain signe un superbe roman avec une héroïne forte, complexe, fidèle à sa soif de conquête et à sa volonté d’indépendance. Une femme indéniablement remarquable,  malgré ses aspects plus sombres que n’omet pas la romancière.
Une lecture qui ravira les amateurs de romans et films d’aventures où chaque pan de l’histoire de Beryl est un conte envoûtant et dépaysant.
McLain nous emmène, par sa langue, sa peinture des paysages, dans un grand et formidable voyage aux moult rebondissements.
Dommage que le titre et la couverture ne soient pas mieux choisis en français car l’aviation, une des passions de Beryl, occupe au final une toute petite place dans ce livre. Le titre anglais Circling the sun qu’on pourrait traduire par « Virevoltant dans le soleil » est plus sensé.
Un beau roman à offrir à une amie ou une sœur par exemple.

Un extrait sans plus tarder :

« Dans la rue, il faisait noir comme seulement en Afrique. Je pris une profonde inspiration, humai l’odeur de poussière et d’eucalyptus et m’éloignai des flaques de lumière qui éclairaient la véranda. De l’autre côté de la rue, les allées du petit jardin public avaient été saupoudrées de craie comme du sucre glace sur un gâteau et une rangée de gommiers nains plantée pour son effet décoratif. Nairobi essayait de paraître à la hauteur de ses ambitions, mais au-delà s’étendait un vide incomparablement plus vaste prêt à nous avaler jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de nous. J’aimais cette sensation et espérais que cela ne changerait jamais. M’enfonçant dans les ténèbres qui se drapaient autour de moi, il me prit soudain l’envie de me glisser hors de ma robe, hors de ma peau… »

Acheter ce livre

Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour acheter ce livre : Acheter Paula McLain L’aviatrice


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge