J’étais Quentin Erschen, Isabelle Coudrier

J'étais Quentin Erschen, Isabelle CoudrierJ’étais Quentin Erschen, Isabelle Coudrier, Fayard, Septembre 2013, 401 pages

Résumé :

Trois frère et soeurs : Quentin, l’aîné, suivi de près par Raphaël et par Delphine la cadette, très soudés, sont élevés par une gouvernante présente mais peu démonstrative et par un père médecin très occupé qui ne commencera à s’intéresser à eux que lorsqu’ils seront devenus grands.

 

A ce trio s’ajoute Natacha, la petite voisine attirée irrémédiablement par les Erschen. Ils grandissent ensemble. Peu à peu, les rapports se troublent. Quentin, jeune homme atypique, sérieux, studieux, s’intéresse aux échecs puis à la médecine et s’éloigne quelque peu du petit groupe tandis que Natacha va lui vouer un amour discret et fidèle non payé de retour. Delphine fait figure de confidence. Raphaël nourrit lui aussi d’obscurs sentiments qui ne seront mis en lumière que plus tardivement dans le récit.

 

Bientôt Quentin part de la maison pour ses études. Le groupe se reforme très vite puisque les quatre poursuivront des études supérieures à Paris qui les réunira quelque temps jusqu’au drame.

 

Sur l’ombre de ces jeunes adultes si polis, parfaits dans leurs manières, s’exprimant extraordinairement bien, plane une ombre de mystère et de fatalité ponctuée par la révélation d’un meurtre, d’une disparition pour le moins étrange et d’un suicide.

Critique :

Une fois commencé, difficile de lâcher ce livre à l’écriture subtile, maîtrisée et au style classique. Si l’histoire est contemporaine, on a la sensation que ces quatre jeunes gens sont en fait hors du temps. Nous les voyons passer de l’enfance à l’adolescence puis à l’âge adulte avec une mélancolie prégnante, une difficulté croissante à vivre hors de leur clan et une inadaptation à leur époque. Tout paraît trop lisse, les émotions restent en surface et rien ne semble pouvoir les heurter véritablement si ce n’est leurs tourments intérieurs, leurs questions existentielles et quelques rebondissements dont le lecteur n’aura jamais le fin mot. On referme le livre avec un sentiment d’inachevé et d’étrangeté.

 

Voici une lecture troublante.

Place à l’extrait où l’on a un portrait du personnage principal, Quentin, si singulier :

    « Et c’était vrai que Quentin manquait d’enthousiasme dans les relations amoureuses. Il trouvait que les relations avec les filles étaient globalement une chose agréable. Mais pas davantage. Tout se passait comme s’il n’y croyait pas vraiment et qu’il savait d’avance que ça tournerait mal, ou plus exactement que ça n’aboutirait à rien. Mais à quoi pouvait-il aboutir, vu qu’il ne tenait pas particulièrement à faire l’amour avec les jeunes filles, ni d’ailleurs avec personne. Il ne ressemblait pas aux garçons de son âge, qui « ne pensaient qu’à ça ». Même physiquement, il était différent. Sa beauté, d’abord, l’isolait. Il était grand et harmonieux. Ses cheveux châtains bouclaient autour de son visage mince et il était attentif à ne jamais les couper trop court, car il aimait les sentir dans le creux de sa nuque. Sa peau, contrairement à celle de ses camarades, se signalait par une totale absence d’acné. A l’âge où les autres ses préoccupaient des différentes manifestations de leurs explosions hormonales, il semblait singulièrement épargné. Il avait depuis longtemps pris conscience de l’effet qu’il produisait sur les autres, en particulier sur les filles, et tantôt cela l’amusait, tantôt cela l’ennuyait. »

Acheter ce livre

Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour acheter ce livre : Acheter J’étais Quentin Erschen, Isabelle Coudrier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge