Un destin miniature, Gaëlle Heureux

destin miniatureUn destin miniature, Gaëlle Heureux paru le 1er Février 2015 chez La table ronde, 166 pages.

C’est le second livre de Gaëlle Heureux. Son premier : Sanglier noir, pivoines roses était un recueil de nouvelles publié également chez Table ronde.

Un destin miniature raconte l’histoire d’un jeune homme, Paul Parc, étudiant en cours de thèse en économie sur les « mutations des systèmes financiers » qui, un beau soir, abandonne sa vie en cours pour partir « à l’aventure ». Au lieu d’avaler sa soupe « poireaux pommes de terre » aux côtés de sa mère, un samedi soir, il abandonne sa vie qui ne lui plait plus. Sans prévenir cette dernière, il prend sa voiture et s’en va sans affaires ou presque. Cela ressemble à une fuite mais rien n’est prémédité. Paul a réalisé qu’il était temps qu’il s’en aille.
Mais son premier arrêt est marqué par une agression qui le laisse affaibli. Il va alors trouver refuge chez des religieuses. Contre un toit et un couvert, il exécute quelques menus travaux. Abattu par des nuits d’insomnie, il n’arrive pas à recouvrer ses forces. Il reprend alors la route vers d’autres aventures, d’autres surprises et découvertes inattendues. Trouvera-t-il sa place lui qui est si discret, secret et observateur ? Il consigne à longueur de temps des phrases entendues dans la vie courante, à l’intérieur de son carnet comme de petits trésors qu’il collectionnerait avec une curiosité sans cesse renouvelée et un émerveillement naïf.

Un roman doux-amer qui nous met en présence d’un personnage attendrissant et un brin poétique qui s’intègre difficilement à notre société.

Un extrait dévoilant une petite partie des péripéties de notre héros :

   « Je pense à ma mère. Est-ce qu’elle me cherche ? A-t-elle de la peine ? Je lui téléphonerai plus tard, quand ma situation se sera améliorée. Je la crois capable de surmonter ma disparition. Elle a lu mon journal intime, j’en suis sûr. Mon départ ne l’aura surprise qu’à moitié, sa précipitation sans doute davantage. Quelle mouche m’avait donc piqué ? J’avais snobé les petites annonces « Rencontres Idéales », son cadeau de Noël, cinq fiches présentant cinq filles pour cinq euros par mois. De l’argent gaspillé, je m’étais probablement débrouillé tout seul. A vingt-quatre ans, c’était pas trop tôt. Elle commençait à se poser des questions. Finalement je tenais un peu d’elle. Je n’étais pas si mou.
Je marche et c’est comme si je l’entendais parler à l’intérieur de moi. J’ai remarqué que mettre un pas devant l’autre favorisait ce genre de mécanique interne. Je poursuis ma route en contournant un entrepôt de bobines de câbles, puis une zone où sont stationnés des wagons rouillés.
Le foyer du Rebond est un long bâtiment sans étage au crépi jaunâtre et aux fenêtres métalliques dépourvues de volets. Un écriteau suspendu par une cordelette invite à entrer sans frapper. Mes baskets sont trempées. J’ai hâte d’être au chaud. »

 

Acheter ce livre

fnac livraison gratuite
Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour acheter ce livre : Acheter Un destin miniature, Gaëlle Heureux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge