Babylone Underground, Eloïse Cohen de Timary

babylone undergroundBabylone Underground, Eloïse Cohen de Timary édité le 15 Janvier 2015 chez Serge Safran, 211 pages.

Eloïse Cohen de Timary est née en 1982. Babylone Undergroud est son premier roman.

Mon résumé  :

Gaston nous raconte son histoire et quelle histoire que la sienne ! Sa femme, que l’on voit simplement au début du roman, a pris une décision radicale pour régler leur problème de dette. Son mari va disparaître ! Gaston va mettre en scène sa propre mort et tirer un trait sur sa vie présente incluant son épouse, ses enfants, ses proches…
Une fois l’acte de décès établi et après s’être caché dans son propre foyer, Gaston doit s’en aller et rejoindre une personne quelque part dans le pays afin de se procurer une fausse identité.
C’est alors que le couperet tombe : Gaston Galibert devient Marguerite Schwartz. Le pire pour Gaston dans ce nouveau patronyme, c’est qu’il fait ressortir ses origines juives soigneusement occultées. Et second effet kiss cool : il prend ensuite conscience qu’il va devoir se mettre dans la peau d’une femme ! Il s’introduit ainsi dans le milieu des travestis à Buenos Aires mais il n’en reste pas moins homme attiré par les femmes et prisonnier de certains préjugés tenaces.
Derrière ce jeu de faux-semblants et les pérégrinations de notre sympathique héros, se profile une réalité bien plus sinistre : le triste sort réservé aux travestis et transsexuels.
Heureusement qu’il y a quelques personnes dévouées à cette cause comme cette formidable association qui en voit de toutes les couleurs et abrite vraiment de belles âmes.

Mon avis :

Malgré un sujet qui pourrait paraître austère, Babylone Underground est très agréable et facile à lire. Quelques touches d’humour émaillent une histoire rocambolesque mettant en scène un problème épineux et peu traité en littérature. Les personnages sont riches (parfois trop peu développés) et portent cette belle histoire aux nombreux rebondissements, que souligne une sublime conclusion.
Une auteure à suivre…

Un extrait où Gaston/marguerite apparaît en chair et en os

   « Les premiers temps chez La Borgne, j’ai avalé pas mal d’empanadas à la viande parce qu’elle continuait de trouver Marguerite Schwartz beaucoup trop sèche et anguleuse, surtout du visage. Le reste de mes journées je le passais à observer les filles de Buenos Aires, aussi attentivement que possible – leur port de tête altier, leur façon de rire en montrant leurs grandes dents, les cheveux longs et raides qu’elles replaçaient derrière l’oreille ou rassemblaient énergiquement en queue de cheval, leur manière de déambuler bras dessus bras dessous en short mini et, soudain, de lâcher ce petit cri aigu quand une goutte glacée tout juste échappée du climatiseur d’un immeuble leur tombait pile dans le cou. Devant mon miroir j’imitais leurs attitudes, leur mimiques, leurs postures, je maniais houppes et pinceaux avec adresse, efféminais mes traits autant que nécessaire, accoutumais ma démarche aux talons, aux jupes. Mais ce n’est que lorsque je mettais ma perruque et l’ajustais que Marguerite Schwartz apparaissait pour de bon, presque par magie – alors je découvrais, chaque fois stupéfait, cette autre qui émanait de moi. Je la regardais de longues minutes, fasciné par cette  créature qui prenait forme et qui, d’un coup, mettait tout mon passé à l’écart. »

Acheter ce livre

fnac livraison gratuite
Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour acheter ce livre : Acheter Babylone Underground, Eloïse Cohen de Timary

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge